Recherche

Classe de 3e1- SMN technologie

Partager, s’informer, apprendre et rire avec les 3e1 (Douce V.)

Mois

mai 2016

Freedom Tower

Introduction:

La Freedom Tower est un sujet qui est concerné par l’actualité car notre société actuelle est menacée par de nombreux attentats tels que les attentats de Paris, de Bruxelles, de Turquie…

Problématique: Quelle est le symbolisme du monument? Pourquoi Freedom Tower?

Plan:

Présentation générale

Description

Interprétation

 

I- Présentation générale:

Ce monument a été érigé treize ans après les attentats du 11 septembre 2001 à New-York. Il est officiellement appelé One World Trade Center mais la tour est surnommée Freedom Tower (en français : la tour de la liberté) par les habitants de la ville.
Elle été construite d’avril 2006 à mai 2013 dans le World Trade Center à Manhattan aux Etats-Unis, à l’emplacement des Tours Jumelles. La Freedom Tower est constituée d’une façade en verre. Elle mesure en comptant l’antenne 541m soit 1776 pieds, date de l’indépendance des Etats Unis. La tour domine à 14,2 mètres de plus que les anciennes Tours Jumelles. La première pierre du One World Trade Center fut symboliquement placée le 4 juillet 2004.

Les architectes sont David Childs et Daniel Libeskind.
David Childs est né en 1941 à Princetown, dans le New Jersey. Il est Consulting Design Partner dans le cabinet d’architecte Skidmore, Owings and Merrill. C’est un architecte américain.

Daniel Libeskind est né en 1946 à Lodz en Pologne. Il a été naturalisé en 1965. C’est un architecte américain.

Le 11 septembre 2001 de 8h56 à 10h28, deux avions ont percuté les Tours Jumelles à Manhattan. Quelques instants plus tôt, le groupe terroriste dirigé par Ben Laden, avait pris le contrôle de quatre avions, deux sont projetés sur le World Trade Center, un sur le Pentagone à Washington et le quatrième s’écrase à la campagne car les passagers ont réussit à prendre le contrôle de l’avion afin d’éviter une autre catastrophe. Ces attentats sont les plus meurtriers jamais perpétrés depuis le début de l’Histoire. A cause de l’incendie et de l’effondrement des deux tours, 2973 personnes ont trouvé la mort et 6291 ont été blessées.

II- Description:

La tour ne se situe pas à l’exacte emplacement des ancienne Twins Towers. A cette endroit se situe le Mémorial du 11 septembre.
En bas de la tour, nous pouvons voir un piédestal de 61 mètres en béton armé et en métal. La facade est en verre et en acier, elle est composée de triangles qui s’emboitent et nous pouvons voir une poutre d’acier verticale au centre de 387 mètre de haut.
Il y a 104 étages dans lesquels ont peut trouver des restaurants, des observatoires, des bureaux (240.000 mètres carré) ou des laboratoires.
Le plan final du One World Trade Center est composé d’une symétrie simple, avec un profil traditionnel, pour rester dans le profil architecturale de new-York. La flèche de la tour s’inspire de celles de l’Empire State Building et du Chrysler Building.
On peut supposer que la flèche ressemble au flambeau de la Statue de la Liberté.

III- Interprétation:

Au départ, le One World Trade Center est construit pour que les habitants de la ville de New-York, ne vive pas dans le passé, ne repense pas à tous ces morts. La tour doit montrer qu’il faut aller de l’avant, et non en arrière. Mais il n’a pas le moins du monde un aspect commémoratif, le seul lieu dédié à cela est le Mémorial du 11 septembre. Pourtant en faisant signer la poutre métallique centrale par les ouvriers et la famille, et en permettant que la One World Trade Center se fasse appeler Freedom Tower, cette tour est devenue un symbole nationale qui rallie les américains contre le terrorisme.
Cette a trois aspect symbolique, elle est le symbole de la détermination des new-yorkais (les habitants reconstruisent ce qui a été détruit même dix ans après le drame), le symbole de la liberté (ils ne se laisseront pas vaincre), et un symbole de fierté (la tour la plus haute de l’hémisphère nord).

Conclusion:

Ce monument est à la fois très beau symboliquement car il commémore les mort et montre aux terroristes que nous pouvons nous relever malgré leurs attaques mortelles, mais aussi très beau physiquement car c’est un bâtiment très simple, avec une façade faite que de verre. Le fait qu’il soit le troisième gratte-ciel le plus haut de monde le rend encore plus imposant et montre aux terroriste que nous sommes plus grands et plus fort que lui, que nous pouvons les battre.

Sources:

-™Site officiel de New-York: http://www.newyorkcity.fr/freedom-tower-one-world-trade-center-new-york/

-™Site officiel du World Trade Center: http://www.wtc.com/about/buildings/1-world-trade-center

-™Google image

™-Dictionnaire Robert

 

Publicités

Les joueurs de skat, Otto DIX

Matière : Histoire-Géographie

Thématique : arts, espace, temps

Domaines : arts du visuel (peinture)

Problématique : Comment Otto Dix témoigne-t-il de l’horreur de la 1ère Guerre Mondiale ?

  1. Présentation générale de l’eouvre

Un des sujets sur lequel je travaille est sur l’horreur de la guerre à travers une oeuvre. Ce tableau a été peint en 1920.  Il s’agit d’une huile sur toile  et de collages dont les dimensions sont 110 x 87 .Elle est aujourd’hui exposée à la nouvelle galerie de Berlin, en Allemagne.Avant de parler du tableau, je vais tout d’abord parler de l’artiste qui l’a peint : Otto Dix. Peintre allemand du XXe siècle né en 1891 et mort en 1969, il participa à la première guerre mondiale, qui l’a marqué à vie : il s’exprime à travers ses peintures et cherche à faire passer un message aux observateurs de son tableau.Il est qualifié de peintre expressionniste mais on parle souvent aussi de lui comme faisant parti de la nouvelle objectivité, un autre courant.

Afficher l'image d'origine

Les joueurs de skat, (1920) Otto Dix, exposé à la Neue Nationalgalerie de Berlin en Allemagne

2. Description détaillée

Cette œuvre représente trois gueules cassés jouant aux cartes, scène plutôt banale caractérisant ce retour brutal à la réalité après une guerre marquant les soldats mais aussi les populations à vie Ce tableau est comparable à de nombreux tableaux dénonçant la guerre, son atrocité ainsi que son tableau : un tableau très connu comme Guernica, de Picasso mais il est comparable à de nombreux autres tableaux trop longs à énoncer.

 

3.Interprétation

Ce tableau est une dénonciation de la guerre, de son atrocité, de l’horreur des combats : ces hommes ayant des marques ineffaçables physiques mais aussi psychologiques  qui doivent  vivre avec ou plutôt survivre. . Ces hommes sont déformés mais avec une exagération évidente : le peintre veut choquer les esprits pour leur faire comprendre quelque chose et pour cela, ils utilisent ces traits durs, ces visages atroces, effrayants.

De nombreux sites et livres apportent des informations importantes sur ce tableau mais aussi sur le peintre comme au CDI où de nombreux livres sont à notre disposition.

J’espère que mon article a pu vous aider ou vous éclairer.

 

Mes sources :

des livres empruntés au CDI que j’ai rendu et dont je ne connais pas ls références

le texte d’histoire des arts

Composition VII de Kandinsky

Introduction

Présentation de la Composition VII de Kandinsky

Problématique : L’art représente-t-il toujours le beau ?

Le peintre 

Sa vie : Vassily Kandinsky est un peintre. Ses nationalités sont russes, allemande et française. C’est l’un des fondateurs de l’art abstrait. Il est né à Moscou en 1866 et mort à Neuilly-sur-Seine en 1944. Il est l’un des artistes les plus importants du XXe siècle. Il a créé la première œuvre non figurative de l’art moderne, c’est-à-dire qui ne représente pas le réel. Kandinsky grandit à Odessa et rentre à Moscou après la révolution russe. Il s’inscrit à l’université de Moscou et choisit le droit et l’économie. En 1896, il part étudier la peinture à l’Académie de Munich. Kandinsky fait la rencontre d’un peintre qui se nomme Franz Marc, avec qui il crée le mouvement du Cavalier bleu. Il se marie en 1917 puis il s’installe définitivement à Paris. Il meurt à Neuilly-sur-Seine en 1944.

Présentation détaillée de l’œuvre :

Composition VII est une peinture à l’huile sur toile, peinte en novembre 1913, à Munich. Elle est unanimement considérée comme l’œuvre maîtresse de l’artiste, pour la période d’avant la Première Guerre mondiale. Le tableau est conservé à la galerie Tretiakov de Moscou, en Russie. L’œuvre « Composition VII » fait partie de sa série « Composition », pour la plupart réalisée entre 1910 à 1914, étant considérée comme œuvre majeure pour l’artiste. Caractérisée par l’interpénétration des formes et des lignes, se dégage une musicalité. En effet, Kandinsky tend à lier sa peinture à la musique (sa vocation première) dodécaphonique. Il réalise des équivalences entre les lignes, fonds, couleurs et musique. L’œuvre est composée d’un système de lignes dynamiques, droites ou ondulées, de cercles… grâce auxquels on peut ressentir un mouvement, qui semble perpétuel, comparable à la musique. Les passages d’une couleur à une autre plus ou moins nets et précis créent des espaces plus ou moins flous, et donc différents plans/profondeurs. L’artiste peint par taches irrégulières, indécises se recouvrant partiellement. Le bleu symbolise la virilité, le rouge la passion, le jaune la douceur.

Composition VII

Ci-dessus : La Composition VII

Pour quelques informations supplémentaires cliquez ici

Frank Gehry, un architecte hors du commun

J’avais tout d’abord le projet d’écrire un article sur la Fondation Louis Vuitton, un de mes sujets d’Histoire des Arts. Mais avoir parcouru l’article très riche d’Emilie, je me suis dit qu’il ne serait pas utile d’écrire quelque chose sur le même sujet. Néanmoins, considérant ce monument comme un chef d’oeuvre, je vais vous présenter son architecte.

I Biographie

Frank Gehry naît en 1929 à Toronto, Canada. Il s’installe avec sa famille à Los Angeles en 1947. En 1954, il obtient le diplôme d’architecture de la University of Southern California. Il étudie par la suite l’urbanisme à la Graduate School of Design de Harvard. Après ces études brillantes, il part en 1961 pour Paris où il travaille dans le cabinet d’André Rémondet (grand architecte français). De retour en Californie l’année suivante, il ouvre sa propre agence à Santa Monica.

II Un architecte innovant

Depuis la moitié des années 70, Frank Gehry réalise des projets d’architecture un peu partout dans le monde. Quelques unes de ses oeuvres : le Musée Guggenheim (Bilbao, 1997) ; le Walt Disney Concert Hall (Los Angeles, 2003) ; New York Tower by Gehry (New York, 2011) ; Pavillon Jay Pritzker (Chicago, 2004) ; sa propre maison (Santa Monica, 1962). Tous ces bâtiments sont de réelles attractions touristiques internationales.

Pour ses créations, Frank Gehry relève toujours des défis nouveaux : il réussit, avec génie, à mettre des matériaux en valeur, à faire tenir des édifices considérés comme inconstructibles, et crée même parfois de nouvelles techniques architecturales (comme pour la Fondation Louis Vuitton). Il sait manipuler des matériaux pauvres aussi bien que d’autres précieux, et adapter tous les monuments qu’il dessine à l’environnement qui les entoure.

Ses oeuvres sont toutes très modernes, légères, audacieuses, élancées et, surtout, toutes plus surprenantes les unes que les autres.

III Le regard de ses contemporains

C’est un architecte très admiré : considéré par le magazine Vanity Fair comme l’« architecte le plus important de notre époque ». Il reçoit en 1989 le prestigieux Prix Pritzker d’Architecture. L’architecture moderne a été et peut être parfois très contesté. Mais Frank Gehry a su se faire accepter, en réussissant à intégrer ses bâtiments au paysage, et en apportant de nouvelles choses à l’architecture.

SOURCES

Magazine « Connaissance des Arts »

Site de la Fondation Louis Vuitton : http://www.fondationlouisvuitton.fr/content/flvinternet/fr/l-edifice.html

Seurat, un génie du pointillisme

Port en Bessin, avant-port, marée haute

seurat

PROBLEMATIQUE : Jeux de couleurs complémentaires ou comment la physique trompe nos yeux ?

C’est est une œuvre peinte par Seurat en 1888. Il représente un paysage de mer. C’est une huile sur toile de dimensions moyennes : 67cmx 82cm. Il est conservé au musée d’Orsay à Paris.

Seurat avait pour habitude de se rendre chaque été sur le littoral en Normandie afin de peindre des paysages. Il prétendait « se laver l’œil des jours d’atelier et traduire le plus exactement la vive clarté », comme le rapporte le poète Emile Verhaeren.

On peut voir une vue de Port-en Bessin avec la Manche qui a été peinte lorsque Seurat se rendait dans cette même ville. Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑